Association, l'OEP a besoin pour agir de votre soutien

Bouton_donner_bleu_fr
Accueil Les actions 4èmes Assises Bruxelles 05/2016

4èmes Assises européennes du plurilinguisme

Juil2015

Appel à communication

A télécharger

- version française

- version allemande

- version anglaise

- version italienne

 
Juil2015

La Charte Européenne du plurilinguisme (version intermédiaire)

 

Préambule

Nous convenons dans ce qui suit de désigner par plurilinguisme l'usage de plusieurs langues par un même individu. Cette notion se distingue de celle de multilinguisme qui signifie la coexistence de plusieurs langues au sein d'un groupe social. Une société plurilingue est composée majoritairement d'individus capables de s'exprimer à divers niveaux de compétence en plusieurs langues, c'est-à-dire d'individus multilingues ou plurilingues, alors qu'une société multilingue peut être majoritairement formée d'individus monolingues ignorant la langue de l'autre.

Pourquoi le plurilinguisme ?

 

Vecteur essentiel de la citoyenneté démocratique, le plurilinguisme est en Europe la forme la plus souhaitable et la plus efficace de communication dans l'espace du débat public : il porte des valeurs de tolérance et d'acceptation des différences et des minorités. Indissociable de toute citoyenneté européenne active, la diversité linguistique et culturelle est ainsi une composante fondamentale de l'identité européenne.
La langue demeure l'accès privilégié à toute culture. Jamais exhaustive ni parfaite, la traduction ne remplace pas le recours direct aux formes d'expression dans la langue d'origine. Parce qu'elle est porteuse de culture, la langue donne accès à diverses visions du monde. Ainsi, la compétence plurilingue fonde l'intercompréhension. Au lieu d'utiliser une langue tierce entre deux locuteurs de langues différentes, la compréhension sera toujours meilleure quand chacun des locuteurs connaît la langue de l'autre, tant au plan informationnel qu'émotionnel. L'intercompréhension véritable ne peut reposer que sur la mise en commun de langues de culture.
Des objectifs utilitaristes ne peuvent déterminer le destin des langues. Alors qu'une vision dominante de la mondialisation tend au monopole d'une seule langue de communication instrumentalisée, il faut affirmer la supériorité d'un plurilinguisme fondé sur les langues de culture.
À l'heure d'une mondialisation ambiguë, où la biodiversité devient une préoccupation majeure, la diversité linguistique et culturelle doit s'imposer comme une priorité. Les deux questions relèvent de la même problématique.

Plurilinguisme et Europe politique
Le plurilinguisme est inséparable de l'affirmation d'une Europe politique.
L'Europe est riche de sa diversité, diversité géographique et diversité culturelle et linguistique. Mais cette diversité n'exclut pas l'intensité des échanges et l'émergence d'une conscience européenne enracinée dans une histoire ancienne, commune et partagée, qui fut dans le passé souvent conflictuelle.
Les langues n'étant pas séparables de la culture, l'identité de l'Europe est faite de ses cultures et de ses langues, anciennes et modernes.
L'Europe ne peut donc exister sans le respect des langues qui l'illustrent et l'animent et ne peut être enfermée dans le moule d'un économisme réducteur.

Plurilinguisme, connaissance et reconnaissance de l'autre
La diversité des langues assure la pluralité et la richesse des représentations.
La langue est la source principale de la connaissance de l'autre et ne saurait être réduite à un code dépersonnalisé. La langue peut porter sur des réalités objectives mais elle véhicule aussi, dans la communication interpersonnelle, la mémoire, les valeurs, les sensibilités, les sentiments, les comportements, tout ce qui fait l'originalité d'une relation et son épaisseur relationnelle et culturelle. De surcroît, les langues expriment des concepts qui ne sont pas toujours équivalents de l'une à l'autre et parfois intraduisibles sans une reconstitution des cadres de référence intellectuels et culturels. La langue n'est pas seulement un outil de communication, elle est aussi créatrice de sens et génératrice de représentations.
À l'inverse, la langue unique de communication internationale n'est aucunement une garantie d'intercompréhension et de connaissance de l'autre.

Plurilinguisme et liberté
Le plurilinguisme est une liberté.
Le plurilinguisme est une liberté, comme est une liberté fondamentale la pleine possession de sa langue maternelle.
Il n'y a pas de compréhension du monde sans la médiation de la langue. La connaissance d'une ou plusieurs langues étrangères est un élargissement important du champ de vision des individus et la voie d'une meilleure compréhension des sociétés et des problèmes contemporains. Pour l'enfant comme pour l'adulte, la parole est indissociable de la pensée et de la communication : c'est un pouvoir et l'accès à la liberté.

Plurilinguisme et identités européennes

Le plurilinguisme est le moyen d'affirmer en Europe la pérennité des entités nationales, lieu privilégié d'exercice de la citoyenneté.

Si l'Europe du commerce peut s'accommoder, non sans risque, d'une langue véhiculaire, l'Europe politique et citoyenne ne peut exister sans la connaissance réciproque et l'intercompréhension des peuples européens. Cette connaissance et cette intercompréhension ne peuvent prendre racine qu'au travers des langues de culture.
Il ne peut y avoir une seule langue pour l'Europe. L'Europe doit trouver sa plénitude en refusant de penser et de travailler par le biais des langues des superpuissances actuelles ou futures, en particulier lorsque ces langues sont minoritaires en Europe.

Lire la suite...

 
Juil2015

Le Comité d'organisation

Le comité d'organisation des Assises se compose des deux conseils d'administration de l'OEP et de GEM+. D'autres membres pourront être cooptés.

Les fonctions seront distribués entre les pôles suivants :

  • Programme
  • Finance
  • Logistique
  • Partenariats
  • Communication

Le Conseil d'administration de l'OEP

François -Xavier D'Aligny, vice-président

François-Xavier d'Aligny est, depuis 2007, en charge à Vienne des Relations Stratégiques du groupe ERSTE Bank, la maison mère de la Banca Comerciala Romana. Auparavant, il avait été, de 2000 à 2007, le représentant personnel du Président Directeur Général de la banque française Société Générale dans les pays de langue allemande. F.-X. d'Aligny a été au service de la banque allemande Deutsche Bank de 1979 à 2000, en ayant été le Directeur Général pour la France de 1989 à 2000. A la fin des ses études (diplômé de ESCP Europe), il a d'abord travaillé pour la Banque Hervet (1973-1977) puis à l'ambassade de France à Vienne (1977-1978). François-Xavier d'Aligny a vécu en Tunisie, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Belgique, en France et en Autriche. Il est français, son épouse est autrichienne et leurs enfants, qui ont fait leurs études en Grande-Bretagne, sont parfaitement quadrilingues (français, allemand, anglais, espagnol).
F.-X. d'Aligny est Chevalier dans l'Ordre National du Mérite et Conseiller du Commerce Extérieur de la France. Il est Vice-Président Fondateur de l'OEP (www.observatoireplurilinguisme.eu), Président de la Fondation pour le Développement de l'Enseignement International (www.fdei.org) et membre du Conseil d'Administration de la Chambre Franco-Allemande de Commerce et d'Industrie.

Jean-Claude Beacco

Jean-Claude Beacco est agrégé de grammaire et docteur en linguistique et enseignement du français. Il a été chargé de recherches au Bureau pour l'enseignement de la langue et de la civilisation françaises à l'étranger (B.E.L.C., 1976-1980), attaché culturel, directeur du Bureau linguistique d'Italie (1980-1988), maître de conférences puis professeur à l'Université du Maine (1989-2000). Il est actuellement professeur émérite de linguistique et de didactique des langues et des cultures à l'Université de la Sorbonne nouvelle-Paris III. Il est aussi conseiller de programme du Conseil de l'Europe (Unité des Politiques linguistiques) depuis 1998. Il est ou a été expert pour d'autres institutions nationales (par ex. : Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Ministère des Affaires européennes et étrangères...) et internationales (Union latine, Commission européenne...).
Il est spécialiste en analyse du discours, politique linguistique éducative, didactique du français et particulièrement en « français sur objectifs spécifiques » et en ingénierie des formations en langues. Depuis 1975, il est l'auteur d'environ 150 publications dans ces domaines. Il co-dirige la collection Langues et didactique chez Didier (Paris) où figure l'ouvrage Enseigner une langue à des fins professionnelles (F. Mourlhon-Dallies). Il assure, par ailleurs de nombreuses missions à l'étranger (audit, séminaire conférence...). En 2011, il a été reçu comme professeur invité à l'Université normale de Chine de l'Est (ECNU) de Shanghai. Il sera en résidence à l'Université centrale de Taiwan en 2013 et à l'université de Kyoto en 2014.
Il est chevalier dans l'ordre national des Palmes académiques et dans celui des Arts et des Lettres.

Anne Bui
Etudes :
Hypokhâgne au Lycée Pasteur (Neuilly), Khâgne au lycée Fénelon (Paris)
Etudes de lettres et d'allemand à la Sorbonne : licence de lettres et d'allemand, maîtrise et agrégation d'allemand (1970).
Diplôme de l'IEP (1971).
Parcours professionnel :
Professeur d'allemand : 13 ans au lycée de Colombes (Hauts-de-Seine)
23 ans au Lycée Louis Le Grand (7505 Paris) , classes secondaires et préparatoires scientifiques.
(En 2003, participation de ma classe de Terminale L au Parlement Franco-Allemand des jeunes à Berlin, à l'occasion du 40ème anniversaire du traité de l'Elysée.)
Depuis ma retraite en 2008 :
Activité associatives :
ADEAF (Association pour le développement de l'enseignement de l'allemand en France), AFEM (Association des femmes de l'Europe méridionale), OEP.

Christos Clairis
Christos CLAIRIS, professeur émérite de linguistique générale à la Sorbonne, Université Paris Descartes et vice-président de la Société Internationale de Linguistique Fonctionnelle (SILF), est né à Istanbul en 1941. Il fait partie des membres fondateurs de l'OEP.
De 1969 au 1976, il vit au Chili où il exerce comme professeur à plein temps à l'Université Catholique de Valparaíso (UCV) et comme professeur à temps partiel à l'Université du Chili à Santiago (Centro de Estudios Bizantinos y Neohelénicos) et à l'Université du Chili à Valparaíso. Il y enseigne le grec ancien, la linguistique générale, le grec moderne et l'ethnolinguistique.

Ses recherches sur les langues de la Patagonie et de la Terre de Feu le conduisent à fonder en 1972, au sein de l'Université Catholique de Valparaíso, le Centro de Investigación de Lenguas Indígenas (CILI) qu'il dirigera jusqu'à sa suppression par les autorités militaires.

De 1987 à 1990 il assume la direction (doyen) de l'UFR de linguistique générale et appliquée de l'Université René Descartes. Avec Fernand BENTOLILA, il fonde, en 1992, le laboratoire Théorie et Description Linguistique (THEDEL – EA 1643 du MENRT) dont il assume la direction de 1997 à 2009.

Pierre Frath
Pierre Frath est professeur émérite à l'Université de Reims Champagne-Ardenne. Après une carrière dans l'enseignement secondaire, il a fait une thèse de linguistique informatique en 1997, et il est devenu Maître de Conférences au département d'anglais de l'Université de Strasbourg en 1998. Après son habilitation à diriger des recherches en 2004, il a été nommé Professeur des Universités à Reims, où il a enseigné la linguistique, la didactique des langues, le traitement automatique des langues et la philosophie du langage. Il a crée et dirigé la Maison des Langues de l'Université de Reims, et il a été le Directeur du Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) pendant quelques années. Il a crée le séminaire Res-per-nomen et il l'a dirigé de 2006 à 2013. Il est toujours membre du CIRLEP, et également du CeLiSo, le Centre de Linguistique en Sorbonne. Il a plus d'une centaine de publications à son actif (voir le site http://www.res-per-nomen.org). Il a été nommé Chevalier des Arts les Lettres en 2014.

José-Carlos Herreras
José Carlos Herreras est Professeur des Universités en Linguistique espagnole à l'Université Paris Diderot-Paris 7, où il dirige le Département d'Espagnol et le séminaire de Master 2 – Recherche « Politiques linguistiques en Europe ». Il est directeur de collection aux Presses Universitaires de Valenciennes : collection CAUCES-Revue d'Etudes Hispaniques et collection EUROPE(S). Il fait partie du bureau de la Société internationale de Linguistique fonctionnelle (SILF), du Conseil scientifique et du Conseil d'administration de l'OEP et du comité de rédaction de plusieurs revues, notamment, La Linguistique, Les Cahiers de l'OEP et Etudes de Linguistique Appliquée.
José Carlos Herreras est auteur de nombreux articles et a écrit ou dirigé plusieurs ouvrages portant sur la politique linguistique, notamment parmi les plus récents, Lenguas y normalización en España (2006), L'enseignement de l'espagnol en France : réalité et perspectives (2008), L'Europe des 27 et ses langues (2012), Politiques linguistiques en Europe (2013), Politiques linguistiques et langues autochtones d'enseignement dans l'Europe des vingt-sept (2014).

Lire la suite...

 
Juil2015

Le Comité scientifique des Assises

Le comité scientifique pour les Assises se compose de membres du Comité scientifique de l'OEP et d'autres partenaires. Il est impliqué dans cinq missions :

- Évaluation et sélection des candidatures

- Élaboration du programme

- Rédaction des conclusions

- Fourniture de coordinateurs de thème

- Rédaction des conclusions par thèmes.

Comité scientifique de l'OEP

• Olga Anokhina, chercheur au CNRS/ENS

• Jean-Claude Beacco, professeur à l'Université Paris III, expert auprès du Conseil de l'Europe et de la Commission européenne

• Anne-Claude Berthoud, Professeur à l'Université de Lausanne

• Christos Clairis, professeur à l'université Paris V, vice-président de la société internationale de linguistique fonctionnelle

• Hermann Dieter, Priv.-Doz. Dr. rer. nat.

• Pierre Frath, Professeur à l'Université de Reims-Champagne-Ardennes

• Astrid Guillaume, maître de conférence HDR, Université Paris-Sorbonne

• Jean-Gabriel Ganascia, Professeur à l'Université Paris 6 Pierre et Marie Curie

• Enrica Galazzi, linguiste, Professora a l'Università cattolica di Milano

• Paul Ghils, professeur à la Haute Ecole de Bruxelles, Rédacteur en chef de la revue Cosmopolis

• José-Carlos Herreras, Professeur à l'université Paris Diderot-Paris 7

• Pierre Judet de La Combe, Directeur d'études à l'EHESS (Centre de recherche interdisciplinaire sur l'Allemagne), et Directeur de recherche, CNRS)

• Samia Kassab-Charfi, Professeur à l'Université de Tunis

• Alfons Knauth, ancien professeur titulaire de philologie romane de la Ruhr-Universität Bochum (Allemagne), fondateur de la revue littéraire "Dichtungsring"

• Marianne Lederer, Ancien Directeur et Professeur à l'Ecole Supérieure d'Interprètes et de Traducteurs (ESIT)

• Ursula Mathis-Moser, Professeur à l'Université d'Innsbruck

• Michaël Oustinoff, professeur à l'Université de Nice

• François Rastier, Directeur de recherche au CNRS, Président de l'Institut Ferdinand de Saussure, Président du Comité scientifique de l'OEP

• Claude Truchot, Professeur émérite à l'Université de Strasbourg

• Heinz Wismann, Directeur d'études à l'EHESS (Centre de recherches interdisciplinaires sur l'Allemagne), Président de l'Observatoire des Etudes Classiques en Europe

Membres partenaires

• Françoise Tauzer-Sabatelli, Présidente de GEM+

• Danielle Londei, présidente du DORIF (Centro di documentazione e di Ricerca per la didattica della lingua francese nell'Università italiana), professeur à l'université de Bologne

• Giovanni Agresti, vice-président de LEM-Italia (Langues d'Europe et de Méditerranée), professeur à l'université de Teramo

 

Page 1 sur 3

Lettre d'information







Nos partenaires